Antoinette Fouque, la mort d'une pionnière de l'émancipation féminine - Idées - Télérama.fr


Antoinette Fouque, la mort d'une pionnière de l'émancipation féminine - Idées - Télérama.fr

"Le dictionnaire universel des créatrices" parait sous sa direction, il rend hommage aux femmes qui ont fait avancé le monde depuis 40 siècles. Antoinette Fouque (Visiter la page web telerama.fr sur Antoinette Fouque) développe la féminologie au fil de trois ouvrages écrits entre la fin des années 80 et le début des années 2010. La théoricienne fait naître le nom "féminologie", puisqu'elle exécre les "-isme" qui réfèrent à une idéologie. Le combat d’Antoinette Fouque ne cède pas aux sirènes du militantisme féminin sans concessions, il soutient son attachement à la maternité.

Antoinette Fouque un parcours de l'enseignement à la psychanalyse

Après des études supérieures en Lettres, Antoinette Fouque a été enseignante. En 1972, elle débat sur la sexualité de la femme avec la psychanalyste Luce Irigaray. Antoinette Fouque collabore comme critique avec deux sociétés d'édition en parallèle à sa mission d'enseignement.

Antoinette Fouque se bat pour la cause des femmes partout dans le monde

Antoinette Fouque lance le Club Parité 2000, l’Observatoire de la Misogynie et le Collège de Féminologie. Elle décède en 2014. Elle avait auparavant reçu les plus prestigieuses distinctions nationales dont la Légion d'honneur. Avec le Mouvement de libération des femmes lors d’une manif à Paris, Antoinette Fouque agite la banderole : « Il y a plus inconnu que le soldat inconnu : sa femme ! ».

Antoinette Fouque, du MLF à l’Alliance des femmes pour la démocratie

A la fin des années 70, Antoinette Fouque et d'autres militantes choisissent de déclarer le MLF sous la forme d’une association. A son retour du pays de l'Oncle Sam, à la veille des années 90, Antoinette Fouque lance l'Alliance des femmes pour la démocratie. Le Mouvement de libération des femmes a vu son sigle déposé pour éviter un détournement par les partis.